Temple de la Raison - fr

Temple de la Raison

 

l'artiste Eva-Maria Lopez vit et travaille à Paris et a Karlsruhe.

Dans sa série «Temple de la Raison», elle aborde un phénomène de la révolution française peu connu de nos jours. En 1793/94, pendant les années de la révolution, quantité d'églises furent dépouillées de leurs attributs chrétiens dans le but de convertir les églises en temples républicains. Ces nouveaux temples devinrent des centres emblématiques du «Culte de l'Etre suprême». Avec l'Etre suprême, la Nature, représentée par des feuilles, des fleurs et de la terre, faisat son entrée dans les temples, constituant dès lors leurs nouveaux décors. Des inscriptions murales et des autels manifestaient le sacre du «Temple de la Raison» ou du «Temple de la Philosophie» etc. A la place de l'autel principal les «citoyens» entassaient des monceaux de terre, maintes cathédrales étaient artificiellement agrémentées d'arbres, de groupes allégoriques et d'un chemin en lacets. Avec la réadmission de l'église catholique dans l'an III du calendrier de la révolution française, les monticules et les décors républicains disparuent des églises.

Eva-Maria Lopez tente de visualiser les symboles et valeurs du «Culte de l'Etre suprême» ainsi que leur signification à l'époque.

Parallèlement, sa recherche inclut la place des églises dans la société moderne et la redéfiniton des églises de nos jours.

Elle met en question les religions dans la société moderne et la redéfiniton des églises de nos jours.

Quels sont actuellement nos temples de la Raison?

De même, Lopez met sur le tapis la question des religions de remplacement qui ont cours aujourd'hui:
Quels sont actuellement nos temples de la Raison?
Où entasse-t-on des monticules aujourd'hui?

En superposant deux images dont l'une est constituée par l'intérieur d'une eglise.

Ces photos ouvrent un dialogue complexe sur nos cultes, notre histoire, nos rituels ainsi que sur la découverte de soi et l'identité d'une société globale.

Photos